Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Au'tour du Chien
  • Au'tour du Chien
  • : Education canine, conseil en comportement, sports et loisirs canins en Auvergne.Je vis et éduque les chiens depuis plus de 25 ans. Eleveuse de champions de beauté, j'ai une connaissance approfondie des races et de leurs spécificités.Seule diplômée en Auvergne du D.U. d'éthologie spécialisation relation homme-animal de l'université Paris Descartes et également certifiée en massage canin et en zoocosmétologie, une combinaison unique d'expérience professionnelle. SITE : www.autourduchien.fr et téléphone : 06 08 17 57 16
  • Contact

Localisation Cantal - Auvergne

Pages

7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 16:29

Pour ce premier article, j’aimerai vous parler de Angkhor.

 

Angkhor est un chien magnifique, et peu importe sa race, peu importe son âge, Angkhor pourrait être n’importe lequel de ces chiens. Ces chiens que l’ont écoute pas.

 

Tout avait bien commencé pour lui. Sa maîtresse l’avait consciencieusement choisi et attendu, et inscrit dès ses trois mois à l’école du chiot pour ne pas commettre d’impair quand à son éducation.

 

Angkhor s’y fit plein d’amis et sa jeune maîtresse aussi, et il était très touchant de voir les chiots jouer ensemble. Parfois son chiot voulait bien la suivre, parfois il préférait jouer avec les autres. Il se dépensait beaucoup pendant la séance, rentrait bien fatigué et dormait toute la soirée.

 

A la maison, la propreté fut rapidement acquise, et Anghkor était vraiment un chiot très gentil, sociable et pouvant rester seul sans problème.

 

A l’école du chiot, Angkhor se montrait pourtant de plus en plus excité pendant les séances. Il suivait difficilement sa maîtresse, préférant sauter sur les autres chiots. Un jour que sa maîtresse parlait avec un moniteur pendant que les chiots s’amusaient, elle entendit Anghkor couiner très fort.

 

Elle ne vit pas se qui s’était passé, mais à partir de ce jour, Anghkor n’aima plus aller à l’école des chiots. Un chiot plus petit que lui mais bien plus téméraire ne cessait de le harceler. Il se mit à l’écart, refusant les sollicitations de sa maîtresse, il devenait très dur de le motiver.

Un mois plus tard, il commença à grogner sur les chiots qui s’approchaient de lui trop vivement. Et rapidement il grogna contre tous les chiens qu’il était amené à rencontrer.

 

De toute façon, Anghkor devenait trop vieux pour cela. A 6 mois, il fût enrôlé dans le cours adulte, avec une réputation de chien dominant. Sa maîtresse souhait pourtant persévérer, et était déterminée à en faire un chien bien éduqué, s’asseyant, se couchant, et marchant aux pieds sur ordre.

 

Mais Anghkor ne l’entendait pas de cette oreille. Les mâles adultes tournant autour de lui ne lui plaisaient pas du tout. Dès le premier cours, il se mit à grogner très fortement sur eux.

Un collier étrangleur lui fût passé autour du cou, et on expliqua à sa maîtresse comment le remettre fermement en place à l’aide de cet instrument.

Comme il grognait de plus en plus au fil des semaines, les sanctions se durcirent.

 

La maîtresse d’Angkhor avait des pincements au cœur de devoir ainsi traiter son chien, mais il devenait de plus en plus dominant, elle n’avait plus confiance en lui. Il devenait… dangereux.

 

Les promenades à l’extérieur devenant ingérables, elles se firent plus rares, voire inexistantes.

 

A la suite d’une ultime sanction où le chien fût pendu quelques secondes, il cessa enfin de grogner. Il fût couché en face de son adversaire. Au moment de se relever, il lui fit une profonde entaille sur le museau. Ce fût le dernier cours en groupe pour Anghkor.

 

Quelques temps plus tard, je reçus un appel. Pour un chien décrit comme dominant et agressif avec ses congénères. Il s’appelait Anghkor, et il avait 4 ans.

 

Quand j’ai passé le portail, le chien m’a accueilli joyeusement, et rapidement ses pattes ont décollé du sol pour me souhaiter la bienvenue truffe contre joue.

 

Sa maîtresse me raconta alors toute leur histoire, pendant qu’Anghkor m’apportait sa balle et la poussait du nez.

Un chien très sociable avec les humains.

Comment peut-on en arriver à détester autant sa propre espèce ?

 

Un harnais fut enfilé, une laisse attachée. Le chien était tellement content de sortir qu’il ne cessait de s’agiter.

Mais au premier lotissement, il se mit à aboyer rageusement. Un gros labrador sable lui répondait de concert derrière une clôture.

Sa maîtresse, d’abord déséquilibrée, raccourcit spontanément sa laisse au maximum. Anghkor s’arcbouta, de plus en plus furieux de ne pouvoir en découdre avec celui qui le défiait. S’en suivit une cacophonie de cris et d’aboiements, de coups de laisse. Personne ne semblait vouloir céder.

 

Un travail en longe fut mis en place. La maîtresse d’Anghkor ne s’était pas rendu compte à quel point elle influençait son chien à travers la laisse.

En la tenant très serrée et courte, elle  ne faisait que transmettre son stress à son chien et lui signifiait qu’elle craignait également la situation.

 

La longe donc permit donc de mettre de l’air dans cette situation… Grâce à cet espace, elle apprit à se détendre, et Angkhor fut plus apte à réfléchir, ressentant moins l’appui involontaire de sa maîtresse.

 

Anghkor ne fut plus sanctionné pour sa réactivité envers les autres chiens.

A travers des séances programmées, l’accent fut mis sur la distance qui permettait à Anghkor d’observer, sans se déclencher.

Les signaux d’apaisement furent étudiés, afin de mieux savoir lire les comportements du chien.

 

Toutes les actions envers le maître furent récompensées.

 

Aujourd’hui, Anghkor n’est pas le meilleur de sa classe concernant l’acceptation des congénères, mais il a appris à se contrôler quand un chien étranger passe sur le trottoir d’en face. Il peut également se promener en balade avec des chiens mâles connus. Il sait maintenant, grâce un travail avec des chiens sociables, qu’il est plus bénéfique pour lui de rester concentré sur son maître, ainsi que réfléchir et proposer une réponse adaptée. Tout cela sans coup, sans cri, et sans intimidation (et sans collier étrangleur, si il est besoin de préciser !)

 

Sa maîtresse a compris qu’Anghkor a associé les sanctions diverses et fameux « coups de sonnette » à la vue du chien étranger, augmentant sa réactivité.

 

Alors, plutôt que punir le grognement, qui fait partie, quoi qu’on en pense ou qu’on en dise, de la communication canine, écoutons le, comprenons le, et aidons notre chien à savoir gérer la situation qui le provoque !

 

Avec l’aimable autorisation de l’auteur

Julie Lambert

Site : http://monchienetmoi.e-monsite.com

 

 

 

 

 

17-juin-09-203.jpg

17-juin-09-201.jpg

(les chiens sur ces photos jouent J

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by autourduchien.over-blog.com - dans Education canine
commenter cet article

commentaires